Le cueilleur de fraises (Der Erdbeerpflücker) - Monika Feth


 

 

Auteur : Monika Feth

Edition : Hachette (Black Moon)

Parution : 2008

Nombre de pages : 416












Résumé :

Le résumé de la quatrième de couverture dévoile trop d'informations à mon goût, si toutefois vous voulez le lire je vous mets un lien ici.
Je vous ai donc écrit un autre résumé qui me semble plus approprié : 

En Allemagne, plusieurs filles sont retrouvées assassinées sur le même modèle : on retrouve leur corps, dénués de tout vêtement, les cheveux coupés, délestées du collier qu’elles portaient, violées et poignardées à plusieurs reprises à la lisière d’une forêt. On surnomme l’assassin le tueur aux colliers.

Jette, Caro et Merle, trois amies vivent à Bröhl, la dernière ville où le meurtrier à frappé. Le jour où l’une d’elle est à son tour tuée par le tueur aux colliers, ses deux amies jurent de découvrir l’identité de l’assassin

 Mon avis :



J’avais emprunté ce livre à la médiathèque un peu par hasard, surtout en me fiant à la couverture et au synopsis.  Je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre. Et j’ai été assez déçue…
Je n’ai pas été déçue par l’écriture ni par l’histoire en elle-même car elles sont toutes deux plutôt bonnes, mais plus par les points de vus qui ont été utilisés, le rythme et le travail de la maison d’édition.
 En effet, la quatrième de couverture spoile les 300 premières pages du roman (qui en compte 420). On perd toute la découverte de l’histoire et pour un roman policier c’est plutôt gênant. 
 
On va suivre le déroulement de l’ enquête à travers plusieurs narrateurs : le meurtrier, une victime, une amie d’une victime, le détective responsable de l’affaire…  On passe donc parfois d’une narration à la première personne à une narration à la troisième personne, ce que j’ai trouvé un peu déroutant au début de ma lecture. En ce qui concerne la narration du meurtrier, bien que j’aie aimé pour une fois connaître les pensées d’un tueur, cela a nui au suspens. La même histoire sans connaître l’identité du tueur aurait créé une ambiance plus oppressante et une intrigue plus intéressante. 

Je n’ai pas trouvé que des aspects négatifs à ce roman, bien sur il y a des choses que j’ai beaucoup aimées !  Le fait que ça se passe en Allemagne change des pays que j’ai l’habitude de croiser dans les romans (France, Royaume –Uni, Etats Unis). 

J’ai beaucoup aimé le personnage d’Imke, la mère de Jette, c’est le narrateur que je préférais retrouver. Le fait qu’elle soit confrontée à un tueur en série qui aurait pu être l’un de ses romans était intéressant. Son personnage me semblait plus travaillé car on pouvait voir plusieurs facettes de sa personnalité : l’écrivain policier qui essai de trouver des pistes et s’inspire des meurtres de la région et la mère protectrice qui se fait du souci sur la sécurité de sa fille.
J’ai aussi d’avantage apprécié les 100 dernières pages qui avaient le mérite de ne pas être dévoilées sur la quatrième de couverture.
Même si l’écriture était très agréable, je ne lirais pas les trois tomes qui suivent…



En bref : 




L’histoire est intéressante mais j’aurais aimé qu’elle soit développée d’une autre manière.


1 commentaire:

  1. j'ai lu ce livre il y a plusieurs années, et je n'en garde pas forcément un bon souvenir, dû à la découverte trop rapide de 'identité du tueur. Les personnages ne m'avaient pas intéressés non plus. Ça ne m'a pas du tout donné envie de lire les suites ^^

    RépondreSupprimer